La transition vers des transports publics électriques

Les voitures électriques ont fait beaucoup de chemin en 2018. L’intérêt général a connu une croissance sans précédent, et le grand public veut savoir comment les véhicules électriques fonctionnent, quels est leur coût et quels avantages apportent-ils. Les stations de recharge sont de plus en plus disponibles et ce réseaux est désormais en mesure de subvenir aux besoins d’encore plus d’automobilistes. De plus, de nombreux modèles de voitures électriques sortiront sur le marché en 2019, et les consommateurs auront donc davantage de choix pour passer à l’électrique. Étant donné le développement du marché des véhicules électriques, il n’est pas surprenant que les consommateurs s’attendent à ce que ces changements s’appliquent également au réseau de transport en commun.

Petit histoire des transports en commun

L’électricité est utilisée comme source d’alimentation depuis des siècles et de nombreux métros l’utilisent toujours. Mais la technologie n’a permis d’exploiter cette capacité sur d’autres moyens de transport que ces dernières années.

La première ligne de métro en profondeur n’est pas si ancienne que cela. La ville de Londres et le South London Railway ont ouvert le métro londonien (London Underground) en 1890. Les premiers trains utilisés dans les lignes étaient alors électriques.

Avant cela, des systèmes de tram électriques étaient utilisés depuis le 19e siècle, avec la première ligne commerciale opérant à Lichterfelde, dans les environs de Berlin en Allemagne, en 1881.

Des formes de transport en commun plus anciennes peuvent être tracées jusqu’au 5e siècle avant J.-C. avec les ferrys et les canaux chinois. L’histoire plus moderne a repris ce concept avec les diligences tirées par des chevaux, les trams et les bus. L’évolution du transport public à partir de ces anciennes méthodes démontre les avancées que l’être humain a effectué – avancées qui continuent encore à ce jour.

Les transports en commun électriques gagnent en popularité

L’aide publique est l’une des raisons expliquant cette hausse de l’utilisation des transports en commun électriques. Le gouvernement anglais a par exemple promu l’utilisation des véhicules électriques (à l’aide d’une subvention de £3,500 £, ou €3,900, pour l’achat d’une voiture hybride ou électrique), sans compter la prise de conscience du grand public qui opte pour des options durables et respectueuses de l’environnement. Tout cela contribue donc à rendre les transports électriques plus conventionnels.

Dans une enquête récente de Volvo Buses, 58 % des personnes interrogées ont répondu qu’elles sont en faveur des bus électriques et qu’elles seraient prêtes à financer ces initiatives par le biais de tarifs et taxes routières plus élevés afin d’améliorer la qualité de l’air. Nous sommes donc actuellement dans une phase de transition où un réseau de transport en commun entièrement électrique est envisageable.

Avantages économiques, politiques et sociaux des transports en commun électriques

En France, et dans d’autres pays du monde entier, l’ajout de bus électriques contribue énormément à une transition vers des transports publics électriques. C’est également le cas en Angleterre, en particulier dans la région du pays de Galles du Sud, où il est prévu que d’ici à 2023, tous les transports en commun pourraient être électriques à l’aide d’un plan de 8 millions de livres (9 millions d’euros), ce qui est une première dans le pays. De plus, l’ajout de 68 bus sans émission de carbone dans le réseau londonien permettra à la ville de Londres de posséder la plus grosse flotte de bus à étage électriques en Europe. Et en parlant de l’Europe, des recherches menées par le projet Zero Emission Urban Bus System ont démontré que 19 opérateurs/autorités de transport en commun dans 25 pays disposent d’une stratégie zéro émission en place pour 2020.

Les avantages sont au centre de cette hausse en popularité des transports publics électriques. Ils incluent par exemple :

  • La réduction de la pollution. Les transports (publics et privés) représentent 27 % des émissions de gaz à effet de serre en Europe. Passer à un réseau public électrique permet de réduire les émissions d’oxyde d’azote, de dioxyde de carbone et de dioxyde de soufre. Le résultat : un environnement plus propre pour les habitants des villes. Ceci est très important car l’OMS estime qu’un décès sur neuf dans le monde est dû à la pollution atmosphérique.

  • La mobilité économique. Des transports en commun efficaces et abordables permettent des avancées économiques dans les villes et facilitent l’accès aux marchés et aux ressources. Les transports électriques nécessitent moins d’entretien et ils ont moins de risque de tomber en panne. Par conséquent, l’investissement dans une infrastructure électrique offre de meilleures performances et se révèle plus rentable.

  • La réduction du coût des transports en commun. Bien que les coûts puissent être plus élevés au début, de nombreuses études ont démontré que les véhicules électriques sont moins chers à opérer. Cela signifie donc qu’ils seront plus abordables et plus accessibles pour les personnes qui en auront l’utilité.

L’avenir des transports publics électriques

De nombreux pays se tournent vers les transports publics électriques et il est donc fort à parier qu’ils domineront l’infrastructure dans un avenir proche. Étant donné la force de l’engagement vers des réseaux de transport électrique, il est tout à fait possible que nous voyions des flottes de bus électriques aux côtés de flottes de voitures électriques sur nos routes nationales. L’avenir n’en serait que plus vert et plus sécurisé.

La transition vers des transports en commun électriques n’est plus une chimère. Les innovations ont assurés la généralisation de cette technologie, et les avantages la rendent encore plus attrayante.