La Norvège, leader de l’électro-mobilité en Europe

Selon des études récentes, la Norvège est actuellement en tête du classement du nombre de propriétaires de véhicules électriques (VE) en Europe. En effet, l’an dernier, les voitures hybrides rechargeables représentaient plus de 33% des nouvelles immatriculations de voitures en Norvège et celle-ci possède également le plus grand nombre de voitures entièrement électriques au monde. D'autres pays, tels que la France et l'Allemagne, ont pour but d’atteindre une augmentation semblable d'immatriculations. Comment est-ce que la Norvège est-elle devenue le leader mondial des voitures électriques et est-ce que les autres pays européens vont-ils rattraper ce retard ?

La relation précoce de la Norvège avec les voitures écologiques

L'engagement norvégien pour les véhicules verts remonte aux années 1980 lorsque le pays a fait appel à son célèbre groupe pop “A-ha” pour commencer à promouvoir les voitures électriques. Au milieu des années 1990, le constructeur de voitures électriques norvégien PIVCO a mis à disposition 10 véhicules électriques pour les Jeux olympiques d'hiver de Lillehammer et la sensibilisation aux véhicules électriques et hybrides en Norvège commença à prendre de l'ampleur. Au même moment, le gouvernement norvégien a également contribuer à rendre la possession et la conduite de VEs plus simple et plus attrayante. Par exemple, les voitures électriques ont été exonérées de la taxe routière annuelle, de tous les frais de stationnement public et de péage. Il leur a été également accordé le droit d’utiliser les voies réservées aux bus. Ces mesures devaient être mises en œuvre jusqu'à fin 2017 ou jusqu'à ce que l'objectif de 50 000 VE immatriculés ait été atteint – et dès 2015, la demande ayant monté en flèche, la vente des voitures électriques avait déjà dépassé ces objectifs. Les points de recharge sont devenus une priorité au fur et à mesure que la popularité des véhicules électriques devenait importante. En 2008, Oslo était une des premières villes au monde a lancé un programme municipal d'infrastructure de recharge pour véhicules électriques. C’est comme cela que la Norvège a devancé ses voisins européens en terme d'infrastructures de soutien aux véhicules électriques.

Qu'en est-il des autres pays européens ?

Malgré l’avance des norvégiens, la compétition s’avère rude quand il s'agit de trouver des idées novatrices dans le domaine des VEs. Par exemple, Le Royaume-Uni a pour objectif d'atteindre 1 700 000 véhicules électriques sur les routes d'ici 2020, ce qui représenterait 5% de l’ensemble des voitures britanniques. Les Pays-Bas visent un chiffre de 1 000 000 de VE d'ici 2025. De nombreux pays s'engagent également à réduire leurs émissions de CO2, à l’instar des Pays-Bas, qui ont exprimé leur volonté d'interdire tout moteur à combustion interne d'ici 10 à 15 ans. En revanche, tous les pays européens ne sont pas tous enclins à accélérer l’adoption des véhicules électriques et à mettre en place l'infrastructure requise. En Estonie par exemple, le marché des voitures hybrides rechargeable ne représenterait que 0,2% des ventes de voitures neuves en 2017 et 0,4% au Danemark. Ces nombres sont vraiment faibles comparé au leader norvégien où 33% des nouvelles voitures immatriculées en 2017 sont électriques.

pasted image 0

L'infrastructure de recharge est un facteur clé dans la croissance du marché

La Norvège s’est rendue compte très tôt qu'une infrastructure de recharge élaborée allait permettre aux consommateurs norvégiens d’acheter et d’utiliser en masse les voitures écologiques. D'autres pays essaient de suivre ce pays modèle et investissent de manière intensive dans des infrastructures de recharge. Le Royaume-Uni, par exemple, a mis en place un programme de rechargement des véhicules électriques pour aider au développement de stations de recharge locales. De son côté, la France a investi 50 millions d'euros dans le financement de points de recharge ainsi que dans le développement d'infrastructure de recharge à travers une série de partenariats public-privé. La Belgique quant à elle veut installer trois fois plus de bornes de recharge publiques dans le pays. Les Pays-Bas ont maintenant en moyenne 1,1 borne de recharge pour 1 000 véhicules immatriculés et l'Allemagne a 0,19 bornes pour le même nombre de voitures enregistrées. Les deux pays se sont fortement appuyés sur les partenariats public-privé (PPP) pour aider à établir une infrastructure de recharge locale plus dense et plus étendue.

La relation de l'Europe avec la mobilité électrique

En apprenant davantage sur les voitures électriques et sur les inconvénients du moteur à combustion, l’intérêt pour les véhicules électriques grandit à travers toute l’Europe. De plus, la liste des voitures électriques disponibles continue de se développer chaque année avec une gamme de modèles qui s’étend, comptant aujourd’hui des modèles urbains, utilitaires ou sportifs. Avec la connaissance accrue des consommateurs quant au marché des véhicules électriques et à la façon de recharger ces véhicules - les autres pays européens sont en bonne voie de rattraper la Norvège dans un avenir proche.

L'attrait de conduire un véhicule électrique

La promotion des avantages de la conduite de voitures électriques aidera à déterminer quels autres pays européens pourront rivaliser avec le succès de la Norvège dans le future. L'investissement dans les infrastructures de recharge dans les grandes villes - comme les Norvégiens l'ont fait à Oslo - peut être coûteux, mais est aussi susceptible de créer des environnements urbains plus propres et de permettre à plus de personnes d'acheter des voitures électriques. Les gouvernements devront sûrement offrir davantage d’aides financières - comme les Norvégiens l'ont fait en exemptant les véhicules électriques des péages routiers et en réduisant les taxes - car cela aidera à stimuler les achats de véhicules et à réduire l'impact sur l'environnement.

Les autres pays européens ont toutes les chances de rattraper la Norvège en ce qui concerne la possession et l’usage de voitures électriques. Compte tenu de l'augmentation des primes à l’achat des véhicules électriques, de l'accessibilité croissante aux infrastructures de recharge et de la demande de véhicules électriques, nous pourrions même voir un autre pays de l'UE figurer en tête de la liste des pays possédant le plus de véhicules électriques dès l’année prochaine.